[Total : 7    Moyenne : 4.4/5]

Riche en vitamines, calcium et fibres, il distille son goût acidulé dans les mets occidentaux de plusieurs façons.

le fruit du baobab, pain de singe biologique

le fruit du baobab, pain de singe biologique

En Afrique, le pain de singe bio, bouye – comme on l’appelle là-bas – se déguste, entre autres, dans un jus frais mélangé à de l’hibiscus. Les vertus de ce fruit exotique cultivé principalement au Sénégal, au Malawi ou à Madagascar sont nombreuses. Outre sa richesse nutritionnelle, il est utilisé en médecine traditionnelle comme antidiarrhéique et réhydratant. Le bouye, la pulpe de fruit de baobab bio est enrobée d’une coque très dure. A maturité, elle devient blanche, naturellement déshydratée et contient de nombreuses graines. Réduite en poudre, elle se mélange à toutes sortes de plats en leur apportant une note acidulée. «Elle est ajoutée comme épaississant dans les bouillies ou simplement à des sauces et des crèmes sucrées», explique Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacie à l’Université de Genève et spécialiste des plantes.
Depuis 2008, date à laquelle le fruit du baobab bio est autorisé à la vente par la Communauté européenne, il s’est progressivement invité dans la cuisine occidentale. La presse anglaise le cite déjà comme le produit tendance de 2015. S’il se mélange à des boissons énergisantes dans les grandes surfaces anglo-saxonnes, il fait son entrée en Suisse, principalement sous forme de poudre. La pain de singe ou bouye bio est un fruit très complet: il contient sept fois plus de vitamines C qu’une orange, mais aussi du calcium, du fer et des fibres qui régularisent le transit. De plus, il est sans gluten. Il est souvent utilisé en cure pour augmenter les défenses immunitaires. En Afrique, la poudre est parfois donnée aux enfants comme substitut du lait maternel, car riche en magnésium.
Légèrement plus fine que de la farine, la poudre de pain de singe baobab se mélange volontiers à divers gâteaux, smoothies ou glace. Gabriel Serero, chef à domicile et fondateur des Loges du Goût, à Lausanne, conseille de le cuisiner cru pour préserver toutes ses vertus. «On peut le saupoudrer sur une salade de fruits ou une tarte à la place du citron.»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*